Accueil Conseils Entretenir et stocker son matériel de kitesurf (1/5) : l’aile

Entretenir et stocker son matériel de kitesurf (1/5) : l’aile

par ZoomKITE.com
comment entretenir aile kitesurf kite zoomkite conseil stockage stocker

Lorsque l’on achète une aile de kitesurf après plusieurs mois d’économie, on a tendance comme toute nouvelle acquisition à la traiter avec beaucoup d’attention. On la plie soigneusement après chaque session, on en retire le moindre grain de sable, on vérifie chaque couture et on la range bien à l’abri dans son sac de transport. Enfin ça c’est au début, car bien vite l’habitude s’installe et on finis par la rouler complètement mouillée au fond d’un sac que l’on jette machinalement au fond du coffre de sa voiture…

C’est pourtant à ce moment-là, après de nombreuses sorties que notre matériel nécessite le plus d’attention de notre part. Alors quels sont les bons gestes à adopter pour garantir à votre voile une belle et longue vie ? C’est ce que nous allons voir dans ce premier article consacré à l’entretien et le stockage de votre aile de kitesurf.

Rincer sa voile de kitesurf à l’eau douce : est-ce nécessaire ?

C’est un sujet qui a longtemps fait débat au sein de la communauté. Il existe en effet 2 écoles : ceux qui partent du principe que le sel agit comme un conservateur et qui ne rince donc jamais leur voile. Et il y a ceux qui au contraire la lavent à l’eau douce après chaque sortie. Si la question fait encore couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, c’est tout simplement parce que les deux parties ont chacune une part de vérité. Alors faut-il ou non rincer son aile après une session de kitesurf ?

La grande majorité des marques s’accordent aujourd’hui pour dire que oui, il faut rincer sa voile, mais pas à chaque fois. Le sel protège en effet efficacement contre l’apparition de moisissures, mais s’il est présent en trop grande quantité il peut comme le sable, avoir des effets néfastes sur votre équipement. Les cristaux qu’ils forment ayant la fâcheuse tendance à agir comme du papier de verre. Ils poncent doucement le spi et durcissent progressivement les bridages.

Il serait alors tentant de rincer son aile de kitesurf après chaque sortie. Toutefois, l’eau de ville contient de nombreux agents actifs qui sont également nocifs pour votre voile. C’est le cas notamment du chlore et du calcaire qui fragilisent les coutures et détruisent doucement l’enduction (procédé réalisé à la fabrication et qui sert à rendre votre spi étanche. Le fameux effet “Spi craquant”). Si l’on ne peut ni stocker son aile pleine de sel ni la rincer, que faut-il faire ?

Comment bien nettoyer sa voile de kitesurf ?

Il faut absolument bien faire sécher votre voile. En effet, c’est l’humidité qui est responsable de l’apparition de moisissure sur le tissu. Ce phénomène est grandement atténué par la présence du sel qui est nocif pour les champignons. Pour cela, gonflez votre aile et positionnez-la sur le bord de fuite (bord d’attaque vers le ciel). Laissez là complètement sécher puis avec une balayette à poils doux débarrassez au maximum votre voile du sable et du sel qu’elle aurait pu emmagasiner. Toutes les 15 sessions environ, rincez votre aile à l’eau douce (basse pression) en insistant bien sur les bridages et leurs points d’attache. Vous pouvez également utiliser un produit spécial pour débarrasser le tissu d’éventuelles traces de fioul ou de goudron. Le plus connu est le shampoing pour kitesurf de la marque Ultramar (voir fiche produit). Laissez ensuite sécher complètement votre voile et repliez-la dans son sac de transport en veillant à refermer les valves de gonflage .

Cette position permet au sable et au sel de ne pas rester coincés dans le creux formé à la jonction du Spi et du Bord d’attaque. Elle permet également d’accélérer le temps de séchage en assurant un écoulement de l’eau optimal.

Vérifier les coutures de votre aile de kitesurf

Les coutures de votre aile de kitesurf permettent de maintenir entre elles les différentes pièces de tissus qui la composent. Lors de la fabrication de votre voile, les constructeurs collent les panneaux ensemble et renforcent ensuite leur assemblage en les cousant avec du fil polyester. Ce fil est très robuste et absorbe sans problème les énormes charges exercées sur votre aile de kitesurf quand elle vole. Toutefois, il peut arriver que le frottement répété du sable ou la présence d’un objet coupant ait raison de sa solidité.

Les coutures ne sont arrêtées qu’à deux endroits : au début et à la fin de leur ligne. Si cette ligne venait à être brisée, l’ensemble de la chaîne formée par la couture serait alors fragilisé et commencerait à s’effilocher. C’est pourquoi il est important de les contrôler régulièrement.

La réparation d’une couture sur une aile de kitesurf est une opération technique. Cela requiert un peu de savoir-faire et d’outillage. Ne tentez en aucun cas de brûler l’extrémité avec un briquet pour essayer de l’arrêter. La chaleur dégagée par la flamme pourrait endommager sévèrement le tissu. Si vous avez repéré une couture fragilisée, demandez l’avis d’un réparateur professionnel.

Contrôler que l’aile garde une pression d’air constante.

La fuite d’air, il s’agit d’un problème que l’on a tous au moins vécu une fois. On arrive sur la plage, on gonfle rapidement notre voile et on part rejoindre les copains sur l’eau pour finalement s’apercevoir que notre aile de kitesurf se dégonfle ! Pour éviter cela, il est recommandé de vérifier que votre voile garde une bonne pression d’air. Une mauvaise pression et votre kite sera difficile à manœuvrer, une pression trop forte est vous risquez l’éclatement.

Pour contrôler le gonflage de votre aile de kitesurf, il faut commencer par connaitre la pression exacte conseillée par son fabricant. Vous trouverez normalement celle-ci dans le manuel d’utilisation fourni lors de l’achat. Si vous ne l’avez plus, vous pourrez l’obtenir auprès de la marque ou de votre magasin revendeur. La moyenne se situe entre 6 et 8 PSI. Utilisez ensuite une pompe pour kitesurf munie d’un manomètre pour insuffler la bonne pression. Certains types de valves de gonflage ne vous permettront cependant pas de mesurer la pression exacte de votre aile. Une méthode simple consiste alors à gonfler votre voile sans trop forcer et à essayer de plier en deux le bord d’attaque. Vous devez y arriver difficilement. Répétez cette opération 30 minutes après avoir mis votre aile sous pression. Si vous y parvenez plus facilement c’est que votre aile perd de l’air.

Que faire si mon aile de kitesurf se dégonfle ? Si la pression dans votre voile diminue, il vous faudra faire une recherche de fuite. Pour cela, gonflez votre aile à la valeur préconisée par le constructeur, fermez ensuite tous les clapets de One-Pump (si votre aile en est équipée) et patientez à nouveau. Le boudin qui sera le plus dégonflé sera celui qui fuit. Si vous ne possédez pas de système de One-Pump sur votre matériel, aspergez de l’eau savonneuse sur les lattes et le bord d’attaque. L’air qui s’échappe produira alors des bulles en surface, vous permettant ainsi de cibler l’endroit exact de la fuite. Vous pourrez ensuite choisir de la colmater vous-même ou de faire appel à un professionnel.

Conseil réservé à nos abonnés, rejoignez-nous c’est gratuit !

Ce contenu a été restreint aux utilisateurs connectés uniquement. Veuillez vous identifier pour voir ce contenu.

Entretenir les bridages et les poulies

Si les bridages semblent très robustes au premier abord, il ne faut toutefois pas les négliger surtout s’ils comportent des poulies. Absents des modèles C-Shape purs, les bridages sont des éléments importants des ailes hybrides, Open-C, delta et Bow. Ils contribuent à améliorer la rigidité, la stabilité, le depower et le redécollage et votre aile.

Soumis à des forces importantes et participant à l’intégrité structurelle de votre voile, une attention toute particulière doit leur être portée.Les brides doivent être parfaitement symétriques, en parfait état et correctement arrimées à la voile. Les poulies quant à elles doivent coulisser sans forcer. Si vous constatez un point dur dans celles-ci, vous pouvez appliquer un peu de lubrifiant silicone (pour les poulies munies de roulements). Si le point persiste ou que la poulie est endommagée, changez-en, car elle pourrait alors sectionner le bridage ou simplement casser au prochain changement de bord.

Déceler les déchirures et les micros-trous dans le Spi

Redoutés par tous les kitesurfeurs, les micros-trous et les déchirures sont toutefois inévitables. Ils arriveront au moins une fois pendant toute la durée de votre pratique. Si leur présence peut paraitre bénigne, ils n’en demeurent pas moins un danger pour votre aile. Le tissu qui compose votre voile est en effet formé de milliers de petits filaments, qui tirent leur résistance d’un tressage très serré et géométrique. Dans le cas d’une déchirure au sein de celui-ci, le tressage est fragilisé et un point de rupture apparait. Si celui-ci n’est pas traité à temps, cette déchirure peut s’étendre et rendre inutilisable votre aile de kitesurf.

Vous devez donc absolument apprendre à détecter le moindre signe de faiblesse dans le Spi au risque de voir votre voile se déchirer en deux à la prochaine frontale. La façon la plus simple pour déceler la présence de trous ou de déchirures est de gonfler votre kite et de le placer devant à une source lumineuse. Vous visualiserez ainsi par transparence les endroits fragilisés.

Les trous et déchirures de moins de deux centimètres sur le Spi peuvent être réparés en utilisant du spi autocollant. Vous en trouverez dans ce kit de réparation pour aile de kitesurf (voir fiche produit). Ceux de taille plus importante ainsi que ceux sur le Dacron (tissu plus épais présent sur le bord d’attaque et les lattes) nécessitent un travail plus important et doivent être renforcés par un professionnel.

Vous possédez une entreprise de réparation ? Référencez-la sur notre carte des spots et professionnels du kitesurf.

Inscrire ses coordonnées personnelles sur son aile de kitesurf

Depuis le 1er juin 2019, le marquage des voiles de kitesurf a été rendu obligatoire (Voir notre article sur l’identification du matériel de kitesurf). Le cadre réglementaire est défini par la division 240. Celle-ci régit les conditions et matériels de sécurité pour la navigation de plaisance avec des navires et embarcations de moins de 24 m. Le kitesurf entrant dans cette catégorie, vos coordonnées doivent maintenant figurer sur votre aile. Ceci a été mis en place afin de pallier au déclenchement intempestif des secours en mer qui avait lieu lorsqu’une voile était retrouvée au large sans pouvoir identifier son propriétaire.

Le texte qui figure aujourd’hui dans cette fameuse division 240 est le suivant : “À partir du 1er juin 2019, les planches aérotractées comportent un identifiant de la personne, physique ou morale, qui en est le propriétaire et permettant de la contacter. Cet identifiant, en caractères d’un centimètre minimum de hauteur, doit être inscrit sur la voile ou sur un support qui en est solidaire. Il doit être constitué soit par le nom soit par les coordonnées téléphoniques ou électroniques du propriétaire ou par plusieurs de ces identifiants “

www.ecologique-solidaire.gouv.fr – Division 240

Aucun support officiel pour y marquer vos coordonnées n’a explicitement été demandé. Vous pouvez donc renseigner vos identifiants au marqueur indélébile, sur un autocollant, ou en utilisant l’une des étiquettes vendues par la Fédération Française de Vol Libre (FFVL).

Plier correctement sa voile pour pouvoir la ranger facilement

Pour augmenter la durée de vie de votre aile de kitesurf, il est nécessaire d’effectuer un bon pliage de votre voile. Ceci permet d’éviter de trop froisser le tissu, de contraindre le moins possible les coutures et protéger autant que possible votre kite du sable.

Comment bien plier sa voile de kitesurf ? Il existe plusieurs techniques différentes pour plier son aile. La plus connue consiste à rouler les deux oreilles l’une après l’autre jusqu’au à la latte centrale en veillant à chasser l’air des lattes et le sable du spi. Il faut ensuite effectuer un pliage en 2 plis successifs de l’ensemble jusqu’au bord d’attaque. Cette technique est valable pour la majorité des ailes de kitesurf dont la valve de dégonflage se situe au centre du bord d’attaque.

Certaines ailes possèdent toutefois leur évacuation d’air à l’extrémité de l’une des deux oreilles. Ces voiles se roulent alors comme un tapis en partant d’une extrémité jusqu’à l’autre puis en pliant le rouleau ainsi formé dans son milieu.

Enfin la troisième technique et celle que j’utilise personnellement. Elle consiste à dégonfler son kitesurf, puis à le plier en deux au niveau de la latte centrale en rabattant la première oreille sur la seconde (extrado vers l’extérieur). Vous obtenez ainsi une demie-aile de kitesurf. Il faut ensuite saisir les deux oreilles ensemble et les rouler vers le centre de l’aile. Pliez ensuite le tout en 2 plis successifs jusqu’au bord d’attaque. Cette astuce à l’avantage en plus de gagner un temps précieux, d’éviter au sable résiduel situé sur l’extrado de se déposer sur l’intrado entre le Spi et le bord d’attaque lors du roulage. Ceci est souvent la cause de nombreux cas de déchirures.

Laver le sac de transport de votre kite

On l’oublie bien souvent, mais le sac de votre aile fait intégralement partie de votre équipement. Outre le fait qu’il permette de transporter votre voile, il sert avant tout à la protéger quand vous ne l’utilisez pas. Il faut donc comme le reste de votre matériel en prendre grand soin et vous verrez ci-après que cela ne se limite pas qu’à en chasser le sable.

Comme votre aile, commencez par vous assurer que vous avez bien inscrit vos coordonnées personnelles dessus. Trop de sacs sont encore oubliés, perdus ou échangés sur la plage. Cela facilitera son retour si une telle chose devait arriver pendant votre session. Vous pouvez également le mettre dans la machine à laver de temps en temps. Si vous avez peur de l’abimer pendant le lavage, mettez-le dans une vieille taie d’oreiller et lavez-le à froid avec un essorage minimum. Pensez simplement à débarrasser le sable et les coquillages qui pourraient s’y trouver afin de ne pas abimer votre machine.

Enfin, vous pouvez appliquer du lubrifiant silicone dans les fermetures éclairs. Ceci afin de les protéger de l’accumulation de sel au sein du mécanisme. Ce dernier à une fâcheuse tendance à les gripper et donc à les rendre inopérantes au fil du temps.

Comment bien stocker sa voile de kitesurf ?

Afin d’éviter les différents problèmes mentionnés dans les paragraphes ci-dessus, vous devez absolument stocker votre aile de kitesurf dans un endroit frais et sec à l’abri du soleil et des rongeurs. Ne laissez donc pas votre voile dans un coffre de voiture, un grenier ou une cave. Veillez également à ce qu’elle soit complètement dégonflée, entièrement sèche et parfaitement propre si vous ne comptez pas vous en servir avant un long moment. N’utilisez jamais de sac de compression pour un stockage standard et de longue durée afin de ne pas déformer les éléments qui composent votre aile de kitesurf.

Résumé de nos conseils pour entretenir son équipement de kitesurf

  • Rincer sa voile à l’eau douce régulièrement, mais pas à chaque session.
  • Bien faire sécher votre aile de kitesurf pour éviter les moisissures.
  • Contrôler les coutures et l’état des bridages ainsi que celui des poulies.
  • Vérifier que votre voile garde une pression de gonflage constante.
  • Détecter la présence de trous ou de déchirures.
  • Inscrire vos coordonnées personnelles sur votre matériel en accord avec la Division 240.
  • Plier correctement son aile de kitesurf
  • Stocker sa voile dans un endroit frais et sec à l’abri des rongeurs.
  • Faire appel à un réparateur professionnel en cas de besoin.

Liste des produits utilisables pour prendre soin de votre voile

Bon ride !

Entretenir et stocker son matériel de kitesurf (2/5) : en cours de rédaction, merci pour votre patience !

Vous avez aimé cet article ? Aidez-nous à nous faire connaitre en partageant cette page sur les différents réseaux sociaux. Merci à vous !

Articles similaires

Laisser un commentaire